L’incendie

 

la fumée s’est répandue dans la maison
a frotté ses tentacules contre mon front
poussé les murs laissé des traces d’encre aux fenêtres

tout devient gris gris gris souris
tout devient gris

j’ai mis le feu pour ne plus rien reconnaître
cette maison familière me faisait frissonner
enfin ma carte des lieux est à incompléter

*

j’ai mis le feu pour que tout sente pareil
que le bois pendant l’été derrière la barrière,
(on est en août les arbres ont l’odeur de la fièvre je m’y perds)

c’était hier c’était la veille
derrière le grand pin une flaque, je me penche
l’image qu’elle me renvoie a la peau trop blanche

(il y avait une présence au fond des bois,
ce n’était pas moi)

*

je cherche encore mais la fumée m’embrouille l’esprit
je cherche encore mes poumons sont noirs de suie
tout devient-

*

autre était mon reflet ce jour-là
Autre la présence au fond des bois

(dans le silence l’Inconnu écarta la cendre
et m’avala.)

 


 

Ecrit pour le concours de ma prépa “Les bouilles lettrées”
Thème : L’autre/le miroir
Consignes : En mettant en lien ces deux notions, vous écrirez un poème de 10-30 lignes ou une nouvelle de 2-3 pages.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s