[Traduction] Judging Distances, par Henry Reed

carte omaha beach
Carte Michelin de 1947 décrivant la bataille de Normandie. trouvée ici.
le poème en V.O est disponible ici

 

Note : ce poème, si l’on oublie le fait qu’il a été rédigé en vers, a toutes les caractéristiques de la prose : le rythme ne suit pas de schéma, on n’y trouve pas de rimes. Je ne l’ai pas traduit comme entraînement, simplement parce que je l’aime et que je voulais le mettre à plat pour tout comprendre.
Note 2 : ce poème est initialement publié dans le recueil Lessons of the War par Henry Reed, qui a été pilote pendant la Seconde Guerre Mondiale.


 

JUDGING DISTANCES

Non seulement à quelle distance, mais la manière dont on le dit,
Est une chose cruciale. Peut-être n’atteint-on jamais
L’art d’évaluer une distance, mais au moins l’on sait
Au rapport, rendre compte d’un paysage : le secteur central,
la limite droite de tir, ce que l’on a vu mardi dernier.
Et au moins, l’on sait

Que les cartes sont de temps, non d’espaces, tant que c’est l’armée
Qui en parle — la raison étant,
Que l’on ne doit pas perdre de temps. Encore une fois, l’on sait
Qu’on compte trois types d’arbres, trois seulement, le pin, le peuplier
Et celui dont la cime broussaille ; et enfin,
Que les choses sont des choses, et rien de plus.

Pour faire simple, on n’appelle pas une grange une grange,
Ou un champ au loin, où des moutons paissent tranquillement.
Jamais l’on ne doit être trop certain. L’on doit dire, pendant le rapport :
A cinq heures, dans le secteur central, on trouve une douzaine
De ce qui semble être des animaux ; quoi que l’on fasse
Ne pas appeler ces salauds des moutons.

C’est très clair, j’en suis sûr ; et supposons, pour donner un exemple,
Que celui du fond, endormi, s’efforce de nous dire
Ce qu’il voit, là-bas vers l’ouest, et à quelle distance,
Une fois qu’il a bien observé. Là-bas vers l’ouest,
Aux champs d’été, le soleil et les ombres confèrent
Des vêtements de pourpre et d’or.

Les demeures, encore pâles, sont comme un mirage dans la chaleur
Et sous les ormes boursouflant un homme et une femme
Sont étendus délicatement. Tout cela, peut-être, juste pour dire,
Qu’on trouve à la gauche de la limite de tir une rangée de maisons
Et que sous des peupliers, ce qui semble être deux humains
Semble s’aimer.

Sauf que cette réponse est de celles qu’à juste titre
L’on classe dans modérément satisfaisante, la raison étant
Que l’on y a omis deux choses, deux choses très importantes.
Allons, ces êtres humains : dans quelle direction sont-ils
Et à quelle distance, diriez-vous ? Et n’oubliez pas
Il faut prendre en compte les angles morts.

Il faut prendre en compte les angles morts ; et je n’ai sans doute pas
L’art d’évaluer une distance ; je peux seulement m’aventurer
A dire que peut-être entre moi et ces apparents amoureux,
(Qui, incidemment, semblent en avoir terminé,)
A sept heures des maisons, l’on compte une distance
De près d’un an et demi.


 

NdT : ce poème m’a causé du souci à cause du vocabulaire militaire et mathématique utilisé. Je note ici les sites et références utilisées pour comprendre.

– explication et remarques intéressantes sur le poème en général ici
– « the central sector, / The right of arc and that, which we had last Tuesday »
– « dead ground » : une équivalence exacte du terme n’existe pas, celui-ci désignant dans le jargon militaire  « an area of ground hidden from an observer due to undulations in the land » (cf ce site). Sur un autre site -que j’ai perdu- la définition précisait que les soldats devaient être méfiants envers ce deadground car il pouvait cacher des dangers, tels que des soldats ennemis prêts à les canarder. la traduction « angle mort », pour ce côté caché d’où peut venir un danger inattendu, m’a semblé la plus adaptée.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s