Protégé : [auto-traduction] big girl now.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publicités

A l’enfant sans visage 

Mad in Wonderland

[warning : mention de maltraitance et maladie mentale]
Tu ne seras pas, mon enfant. J’aurais aimé, pourtant, je pense. T’avoir dans mes bras, petite masse légère et chaude. J’aurais aimé t’entendre babiller, tes yeux grand ouverts se promenant sur le monde pour, parfois, affronter les miens.

J’aurais aimé te serrer contre moi pour éloigner les cauchemars ; te construire des tours que tu aurais démolies, pour le simple plaisir d’entendre ton rire.

J’aurais aimé te voir grandir, te lever pour marcher vers moi ; me tenir tête, me faire éclater de rire alors que je devrais te réprimander.

J’aurais aimé t’entendre parler, chercher tes mots, te tromper et me demander de l’aide, silencieusement en un regard. Crier de colère, affirmer ce que tu es.

Je t’aurais accompagné⋅e, tu sais. Aussi longtemps que tu l’aurais voulu. J’aurais été là pour te rattraper lorsque tes ailes neuves n’auraient supporté tes désirs de…

View original post 1 022 mots de plus

big girl now.

standing away from the crowd
looking right into your eyes
this is where it all begins, perhaps

standing away and so near
looking back at all my fears
will they ever disappear, i wonder

and i
i
hoped i would change the world
hoped it would stop spinning so fast
hoped everything would be alright

but guess
what
the world still turned
the wounds still burnt
and the world changed me instead;
is that a bad thing, i wonder.

standing right, wearing my crown
made out of trash, evergreen and lead, everything at once
in the end this is when it all really starts

a beautiful tragedy
when the world forces you to face your fears
when you have no choice but not to be weak

and i
i
would love to lie down in the ruins
would love to get to be a crybaby
as i was before, childish, childish me
crying for pointless things instead of covering a heart becoming steel

but guess
what?
remember when i wished i had kissed you that night
remember your hand on the small of my back
remember when we first met
you had a bad feeling and i said: “still, don’t you wanna try”

(and you’d said i’d break your heart
but darling it’s alright
i guess that’s alright
we’re even, i’d break mine

too.)

ça ne m’a jamais posé problème.

*

ace autocollant

*

pas de haine retournée contre soi-même

ça arrive aux autres. j’ai eu la chance de m’aimer tout de suite.

pas de coups dans la rue

“pas comme les gay”, comme si l’appartenance à un groupe se comptait en coups.

pas de proches qui froncent le nez

“tu n’as pas trouvé le bon encore.”

personne qui veuille me guérir

ça arrive aux autres. j’ai eu de la chance.

 

j’ai eu de la chance :

ça ne m’a jamais posé problème

 

mais

 

les regards des gens quand je disais

“je ne vois pas en quoi c’est mal de finir vieille fille” en troisième

pas encore de jugement, mais une incompréhension, un fossé

ou ma grand-mère qui ne m’a pas écoutée avant

son discours, son “protège-toi si jamais…”

un peu plus tard, en seconde

(avec des points de suspension qui laissaient présager quelque chose d’ambiant,

pas assez concret pour que je l’attrape

une imitation de ce que le sexe serait plus tard, une notion, une fumée)

ou ma propre communauté

m’envoyant en pleine face que si les filles ne m’attiraient pas romantiquement parlant,

je ne serais pas assez LGBT pour eux

pas assez marginale, pas assez malaimée ou oppressée

alors qu’il y a déjà un fossé entre le monde et moi

une fracture nette comme un fémur brisé.

ça ne m’a jamais posé problème mais

ça posait problème aux autres, je crois

 

ça ne m’a pas posé problème mais

avoir enfin un vrai quelqu’un

on en discute par sms, longuement

-la distance rend la chose plus simple-

on s’envoie des je t’aime au bout d’une semaine

mais dire “au fait”

prend quelques mois

“au fait

je ne crois pas que j’aurai envie de coucher quand on se verra”

(“au fait

je crois que j’aurais peur que tu tentes quelque chose

une panique stupide

viscérale

que tu tendes la main vers moi et que je disjoncte”)

(le soulagement absolu quand on me dit “pas de problème”)

 

ça ne me pose pas problème, mais

-deux ans plus tard- pour un je n’ai jamais

je ne bois pas à je n’ai jamais voulu faire un plan à trois

et une amie dit “ah bon

mais je pensais que, avec M et C…”

je dis :

“oh non”

“oh non, un plan à trois,

ou même un plan à deux

moi, tu sais…” et je ris

(pour cacher le malaise qui m’a prise,

le vrai malaise de m’imaginer qu’on ait pu croire que je voulais coucher

comme si on s’était approprié mon corps sans mon accord

le fantasme de moi dans leur esprit si totalement séparé de mes vraies intentions

que je ressens en plein milieu de cette soirée une rupture profonde

béante

entre eux et moi)

 

mais j’ai eu de la chance :

 

ça ne m’a jamais posé problème

pas vraiment.

giving some news

Hi there,

I apologize in advance, I think I’m gonna write in English for this one article; I’ve been translating ALL DAY ALL NIGHT lately and this masochist move has affected me a lot, since I can’t even seem to think in French anymore.

I’m sorry the blog hasn’t had any recent upload in the past few… weeks, months maybe, I don’t know. I’m not particularly worried about the impatience of a hypothetical fanbase, since no one seems to read this blog (it’s alright, I think I wouldn’t read it either, I merely do it for my own purpose anyway.) Thus, perhaps this article is all about apologizing to myself and making things clear. I tend not to work very well or quickly if I don’t know where exactly I’m heading to, and I found that my goals are kind of messy at the moment!

As I said, I’ve been translating like crazy, and fighting a lot of battles at the same time. I first started to translate two different academic essays: one in English, one in German (I figured I should try translating in my third language as well, and though I need a dictionnary next to me all the time, I have to say it is quite fun -and I am quite surprised-).
These two essays are called Homosexuality at the online Hogwarts and All of the Greek and Roman Classics; both of them are about fanfictions and pop-culture, and how they are influenced either by current sociopolitical context or ancient references/intertexts. I actually plan on publishing my French translations on edu.com when I’m done, since I have the authorization of the original authors!

I also started to translate (with her agreement!) Celine Schillinger’s blog, and I’ll keep you updated about it as I am very excited about how it will turn out!

And finally, I plan on doing the NaNoWriMo again this year. You might not know the NaNo: its full name is National Novel Writing Month and the idea, to put it simply, is: you get to write a full 50K-words novel in one month, from November 1rst to 31rst.
The thing is, I’m terrible at long stories, I can’t even seem to write novels of more than 5 Word pages; so I won’t be using the NaNo this way. Last year, the alternative I found was the following: ‘if you don’t write 50K words, at least try to translate 50K words.’ I actually translated about 30K, which was quite good knowing 1. I hadn’t planned on doing it and only started a week and a half after the others (on the 9th of November I think) 2. Prépa isn’t the least time-consuming course of study and I had tons of tests to prepare, and still managed to pull out about 2K words per day.

And when one of those projects is over, I think I’ll try translating some TedEx talks as well (but this isn’t my concern for now, I have too much on my plate already).

So that’s it folks! Two academic essays (20 pages long each…), plus one blog, plus 50K of fictions and fanfictions for the NaNoWriMo. With my family we also plan on going to Turin for the All Saints’ vacation this year, and though I went last year, I feel like it’s been years since the last time I was in Italy and I’m so! happy!! I get to finally see Turin!!! (and its apparently wonderful Cinema Museum. yay. i’m exCiTED). Also, I’m doing just fine in Prépa for now, my grades don’t suffer quite as much as last year, and it’s so cool to see I’m getting somewhere! (I just have to plan my work/nap time more carefully) In short: lots of projects, lots of good news, lots of keeping my head above the water and denying my sleeping cycle. To quote « Hamilton, a American Musical » (which I’ve been listening ad infinitum): Look around, look around at how lucky we are to be alive right now. 

Thank you for reading my rambling, and I’ll see you soon!,
Good day, guys, gals and non-binary pals 

T.S. Eliot – La Chanson d’amour de J. Alfred Prufrock (The Love Song of J. Alfred Prufrock, 1917)

BEAUTY WILL SAVE THE WORLD

La Chanson d’amour de J. Alfred Prufrock décrit les états d’âme d’un homme dans la quarantaine, esseulé et sans amour, conscient que ses aspirations et ses envies sont beaucoup plus profondes que celles du reste du monde. L’orateur sait que les femmes ne le regarderont pas s’il n’attire pas leur attention par quelques actes violents; il ressent la nécessité d’attirer l’attention mais craint d’être rejeté et raillé. Un des éléments thématiques principaux du poème est d’ailleurs le vieillissement : L’orateur contemple les détails de sa détérioration physique, et médite l’idée d’une mort imminente.

T.S. EliotS’io credesse che mia risposa fosse
A persona che mai tornasse al mondo
Questa fiamma staria senza piu scosse.
Ma perciocche giammai di questa fondo
Non torno vivo alcun, s’i’odo il vero,
Senza tema d’infamia ti respondo.

Allons-nous en donc, toi et moi,
Lorsque le soir est étendu contre le ciel
Comme un patient anesthésié sur une…

View original post 1 019 mots de plus

[Traduction] Judging Distances, par Henry Reed

carte omaha beach
Carte Michelin de 1947 décrivant la bataille de Normandie. trouvée ici.
le poème en V.O est disponible ici

 

Note : ce poème, si l’on oublie le fait qu’il a été rédigé en vers, a toutes les caractéristiques de la prose : le rythme ne suit pas de schéma, on n’y trouve pas de rimes. Je ne l’ai pas traduit comme entraînement, simplement parce que je l’aime et que je voulais le mettre à plat pour tout comprendre.
Note 2 : ce poème est initialement publié dans le recueil Lessons of the War par Henry Reed, qui a été pilote pendant la Seconde Guerre Mondiale.


 

JUDGING DISTANCES

Non seulement à quelle distance, mais la manière dont on le dit,
Est une chose cruciale. Peut-être n’atteint-on jamais
L’art d’évaluer une distance, mais au moins l’on sait
Au rapport, rendre compte d’un paysage : le secteur central,
la limite droite de tir, ce que l’on a vu mardi dernier.
Et au moins, l’on sait

Que les cartes sont de temps, non d’espaces, tant que c’est l’armée
Qui en parle — la raison étant,
Que l’on ne doit pas perdre de temps. Encore une fois, l’on sait
Qu’on compte trois types d’arbres, trois seulement, le pin, le peuplier
Et celui dont la cime broussaille ; et enfin,
Que les choses sont des choses, et rien de plus.

Pour faire simple, on n’appelle pas une grange une grange,
Ou un champ au loin, où des moutons paissent tranquillement.
Jamais l’on ne doit être trop certain. L’on doit dire, pendant le rapport :
A cinq heures, dans le secteur central, on trouve une douzaine
De ce qui semble être des animaux ; quoi que l’on fasse
Ne pas appeler ces salauds des moutons.

C’est très clair, j’en suis sûr ; et supposons, pour donner un exemple,
Que celui du fond, endormi, s’efforce de nous dire
Ce qu’il voit, là-bas vers l’ouest, et à quelle distance,
Une fois qu’il a bien observé. Là-bas vers l’ouest,
Aux champs d’été, le soleil et les ombres confèrent
Des vêtements de pourpre et d’or.

Les demeures, encore pâles, sont comme un mirage dans la chaleur
Et sous les ormes boursouflant un homme et une femme
Sont étendus délicatement. Tout cela, peut-être, juste pour dire,
Qu’on trouve à la gauche de la limite de tir une rangée de maisons
Et que sous des peupliers, ce qui semble être deux humains
Semble s’aimer.

Sauf que cette réponse est de celles qu’à juste titre
L’on classe dans modérément satisfaisante, la raison étant
Que l’on y a omis deux choses, deux choses très importantes.
Allons, ces êtres humains : dans quelle direction sont-ils
Et à quelle distance, diriez-vous ? Et n’oubliez pas
Il faut prendre en compte les angles morts.

Il faut prendre en compte les angles morts ; et je n’ai sans doute pas
L’art d’évaluer une distance ; je peux seulement m’aventurer
A dire que peut-être entre moi et ces apparents amoureux,
(Qui, incidemment, semblent en avoir terminé,)
A sept heures des maisons, l’on compte une distance
De près d’un an et demi.


 

NdT : ce poème m’a causé du souci à cause du vocabulaire militaire et mathématique utilisé. Je note ici les sites et références utilisées pour comprendre.

– explication et remarques intéressantes sur le poème en général ici
– « the central sector, / The right of arc and that, which we had last Tuesday »
– « dead ground » : une équivalence exacte du terme n’existe pas, celui-ci désignant dans le jargon militaire  « an area of ground hidden from an observer due to undulations in the land » (cf ce site). Sur un autre site -que j’ai perdu- la définition précisait que les soldats devaient être méfiants envers ce deadground car il pouvait cacher des dangers, tels que des soldats ennemis prêts à les canarder. la traduction « angle mort », pour ce côté caché d’où peut venir un danger inattendu, m’a semblé la plus adaptée.